Aidez le à bien vieillir

Rédigé par rogerlebouledogue le 16 octobre 2013 | Classé dans Pratique

LE SAVIEZ VOUS ?

L’espérance de vie de nos compagnons ne cesse d’augmenter. Celle-ci n’est pas la même pour tous. Pour un bouledogue français, elle peut-être de 9 à 13 ans et peut varier en fonction de nombreux facteurs aussi bien génétiques, morphologiques ou liés au mode de vie (alimentation, activité physique …).
Lorsque votre chien arrive à l’âge de la sénescence (aux alentours de 7 ans), son organisme commence à être touché par la vieillesse.
La peau, le pelage, les oreilles, les yeux, les dents, le tube digestif, l’appareil urinaire, l’appareil génital, le cœur, le système nerveux et le système immunitaire sont concernés.

Arrivé à cet âge, il est préférable de faire un bilan chez votre vétérinaire. Ce contrôle permettra de garantir une qualité de vie optimale à votre compagnon.
Vous pourrez également faire des contrôles réguliers afin de détecter précocement toute anomalie et de mettre en place un traitement adapté.

Les diverses pathologies liées à la vieillesse :

1°) L’arthrose :
C’est une dégradation du cartilage articulaire responsable du processus arthrosique. Cette affection touche de nombreux chiens âgés.
Elle peut provenir
- d’une malformation congénitale comme une instabilité rotulienne ou une dysplasie,
-du mode de vie de votre compagnon (exercice physique important, sauts répétés, agility, ou au contraire, pas suffisamment d’exercice et surpoids)
-d’un traumatisme ayant provoqué une fracture ou une rupture de ligament

Comment déceler cette pathologie ?
-il ne saute plus dans la voiture,
-il reste assis devant son panier sans parvenir à monter dedans,
-il tourne longtemps en rond avant de se coucher, couine, puis s’effondre brutalement,
-il a du mal à se lever,
-ses premiers pas sont raides et difficiles,
-il boite, change ses attitudes et marche tête basse,
-il ne veut plus se promener comme avant et s’assoit au cours des promenades,

Si c’est le cas, l’arthrose est sans doute là. Vous devez en parler à votre vétérinaire qui confirmera ou pas l’existence de cette pathologie.

Que faire pour améliorer le confort de votre animal ?
-Intervenir sur son hygiène de vie en lui faisant pratiquer un peu d’exercice physique. Une courte promenade de 10 à 20 minutes peut être bénéfique.
-Intervenir sur son alimentation en le faisait maigrir si il est en surpoids et en lui donnant une alimentation adaptée aux chiens arthrosiques.
-Intervenir avec des anti-inflammatoires qui le soulageront. Certains d’entre eux sont très bien tolérés par l’organisme et pourront être administrés sur du long terme.
-Intervenir avec des compléments alimentaires. Il existe aujourd’hui plusieurs produits destinés à entretenir les articulations. Leur action est prouvée et des cures régulières (2 à 3 cures d’1 mois / an) peuvent être bénéfiques.


2°) La baisse de l’acuité visuelle et la cataracte :
Les yeux sont fragiles et doivent faire l’objet d’une grande attention. Si le regard de votre chien est différent, qu’il a les yeux rouges, collés au réveil, qu’ils ont un aspect bleutés voir blanchâtre alors, votre compagnon souffre probablement d’une pathologie oculaire.

En vieillissant, les glandes lacrymales produisent moins de larmes. La surface de l’œil est moins hydratée et peu laisser place à une sécheresse oculaire. Si c’est le cas, votre compagnon aura les yeux rouges, moins brillants et se frottera souvent les yeux avec les pattes.
Il est important de bien hydrater la surface de l’œil. Sans cela, des pathologies très douloureuses telles que des ulcères cornéens à répétition peuvent s’installer.
Un test lacrymal fait par votre vétérinaire à l’aide de petites bandelettes que l’on pose à la surface de l’œil permettra de savoir si une hydratation artificielle (larmes artificielles ou pommade ophtalmique) est nécessaire.

Lorsque votre compagnon atteint 10 ans, il peut développer une cataracte. C’est le vieillissement du cristallin qui est alors touché. Souvent, si l’œil du chien est bleuté voir blanchâtre c’est qu’il développe sûrement cette pathologie. Parlez-en à votre vétérinaire, il pourra vous donner des compléments alimentaires qui permettront de maintenir une vision suffisante sans opération.

Si votre chien souffre d’une baisse de son acuité visuelle, adaptez-vous à son handicap et éviter de le promener sans laisse et quand vous êtes dehors, ne le laissez pas seul dans le noir.

Si votre compagnon semble avoir subitement perdu la vue, est désorienté, marche avec le museau à terre ou que ses yeux ont changé de couleur et qu’il semble souffrir, consulter en urgence votre vétérinaire. Il peut s’agir d’un grave problème.


3°) Les pathologies cardio-vasculaires :

Le vieillissement de votre compagnon peut aussi provoquer des troubles cardiaques.
Si votre chien est très fatigué, que cette fatigue perdure, qu’il s’essouffle rapidement ou tousse de façon anormale la nuit ou lors d’efforts, de situations émotionnelles et que la toux est forte et quinteuse, mieux vaut consulter votre vétérinaire rapidement.
Ne laissez pas la maladie s’installer sournoisement.

Si votre chien souffre d’une maladie cardiaque, vous pouvez l’aider. Ne le surmenez pas, évitez les longues promenades, les randonnées en altitude, les jeux où il doit courir.
Un régime alimentaire adapté sera bénéfique. Aujourd’hui, des aliments spécifiques existent pour ce type de pathologie.
Faites régulièrement un bilan chez votre vétérinaire (environ 2 à 3 fois / an). Cela vous permettra de contrôler l’évolution de la maladie et d’adapter les traitements.

4°) Le vieillissement cérébral :
Arrivé à un certain âge, votre compagnon peut développer des troubles du comportement qui, malheureusement, peuvent compliquer vos relations et votre quotidien. Il s’agit de troubles liés au vieillissement cérébral. Ceux-ci ne sont pas une fatalité, il existe des médicaments qui peuvent permettre de vous assurer une meilleure qualité de vie. Il est préférable que les premiers signes de vieillissement cérébral soient détectés le plus tôt possible afin de limiter les dégâts.

Comment savoir si votre chien perd la tête ?
-Il a des difficultés à contenir sa vessie et urine dans votre maison. Votre compagnon semble ne plus se souvenir des règles de propreté qui lui ont été enseignées lorsqu’il était petit.
-Il présente des troubles de l’orientation. Lorsque vous l’appelez, il ne sait pas dans quelle direction aller ou ne sait plus par quelle porte sortir pour aller en promenade.
-Il entend moins bien, voit moins bien, ses articulations le font souffrir et pour ces raisons, il va s’isoler pour être au calme. Ce comportement peut l’amener à sombrer dans la dépression, le rendre anxieux voire agressif. Il peut même lui arriver de ne plus vouloir sortir ou de refuser de manger.
-Il dort moins bien, ses cycles de sommeil sont perturbés, il dort le jour et erre la nuit ou au contraire, il dort énormément.
-Il ne mange plus normalement, tantôt anorexique, tantôt boulimique, votre compagnon présente des attitudes anormales vis à vis de la nourriture et ne parvient plus à gérer son appétit.
-Il semble avoir perdu la mémoire. S’il s’échappe de la maison et ne revient pas, cela peut sembler être une fugue mais en fait, votre compagnon ne se souvient plus de comment rentrer à la maison. Il a tout simplement oublié le chemin du retour. Dans ces moments, votre compagnon peut être apeuré, ne se laisse pas attraper et ne répond pas à son nom. Il peut même devenir agressif.

Si vous constatez un de ces signes, parlez-en à votre vétérinaire au plus vite. Cela permettra de mettre en place un traitement médicamenteux qui luttera contre le vieillissement cérébral.
Ne laissez pas votre compagnon s’isoler, renforcez les liens qui vous unissent. Il a besoin de votre amour et de votre soutien. Vous pouvez le stimuler, le forcer à jouer, à bouger. Faites des promenades qui mettront ses sens en éveil. S’il présente des troubles anorexiques, donnez lui des aliments qui éveilleront sa gourmandise.
S’il est malpropre, il faut à nouveau lui enseigner la propreté et lui accorder du temps.
Après toutes ces années passées à vos côtés au cours desquelles il a partagé vos rires, vos pleurs ou vous a soutenu à sa manière dans les moments difficiles, c’est maintenant à vous de lui prouver votre amour en renforçant les liens qui vous unissent. Ne laissez pas la maladie s’emparer de votre fidèle compagnon. Le vieillissement cérébral n’est pas une fatalité.


5°) Les pathologies de l’appareil reproducteur :
Nos compagnons sont de plus en plus nombreux a être stérilisés et grâce à cette chirurgie, de nombreux problèmes de santé sont évités.
Il est tout de même très fréquent que nos toutous arrivent à l’âge de 7 ans en étant en pleine possession de leurs "instruments" de procréation.
Sachez que toute grossesse doit être évitée à partir de cet âge. En effet, pour un mâle le sperme n’est plus de bonne qualité et pour une femelle, les risques liés à la grossesse sont importants.
Pour nos compagnons n’étant pas stérilisés, les organes génitaux continuent à produire plus ou moins bien des hormones sexuelles qui sont inadaptées à leur âge. Ces productions, peuvent conduire à des pathologies plus ou moins grave. Pour le mâle, il peut s’agir d’une hypertrophie de la prostate ou des hernies périnéales. Pour la femelle, il peut s’agir de tumeurs ou de maladies de l’utérus.

-Comment savoir si votre chien mâle souffre d’une maladie prostatique ?
Il est régulièrement constipé, a du sang dans les urines, ressent une gène lorsqu’il fait pipi, marche voutée. Alors, il peut souffrir d’une hypertrophie prostatique (prostate trop grosse). Sans traitement adapté, un cancer de la prostate peut se développer.

La hernie périnéale est un trou dans le périnée qui fait parfois suite à une hypertrophie de la prostate.
Les muscles, imprégnés par les hormones deviennent fragiles. Une hernie se développe. Comme votre chien souffre de constipation, il force pour faire ses selles et déchire de plus en plus cette hernie. Une poche se forme, les intestins et la vessie vont progressivement glisser dedans.
Lorsqu’ils sont trop descendus, votre compagnon ne peut plus faire ses besoins et la chirurgie est nécessaire. Il s’agit d’une grosse opération qui consiste à rattacher les intestins et la vessie dans le ventre puis à faire des greffes de muscles pour boucher les hernies périnéales.

Voilà pourquoi il est important de consulter votre vétérinaire si vous constatez un trouble de la prostate.
Une castration chimique avec contrôles réguliers ou par chirurgie est de toute manière nécessaire pour résoudre ce type de pathologie.

-Comment savoir si votre femelle souffre d’une maladie hormonale ?
Ses cycles sont irréguliers, ses pertes sont intermittentes, elle boit plus et mange moins, ses pertes sont suspectes, sanguinolentes ou purulentes. Votre chienne tâche sa couche.
Contactez rapidement votre vétérinaire, il peut s’agir d’une maladie de l’utérus.

Contrôlez ses mamelles régulièrement. Si vous constatez une masse suspecte et que cette masse semble grossir, consultez votre vétérinaire au plus vite. Plus tôt un cancer est dépisté, plus les chances de survie seront importantes.

6°) Les dents et l’hygiène de la bouche :
Tout d’abord, pour éviter des problèmes de dents, il est préférable de brosser les dents de votre compagnon dès son plus jeune âge. Les bouledogues, de part leur configuration brachycéphale, ne sont pas trop sujet au tartre et un brossage régulier ainsi que l’utilisation de lamelles nettoyantes après chaque repas peuvent suffire à maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire. N’oubliez pas qu’un détartrage est obligatoirement fait sous anesthésie. Pensez que le risque anesthésique existe et ne minimisez pas ce geste. Mieux vaut prévenir que guérir. Si vous luttez contre le tartre dès le départ, votre compagnon gardera une bouche saine.

Si un détartrage s’avère vraiment nécessaire, essayez de le faire en même temps qu’une chirurgie pour réduire le nombre d’anesthésies. Evidemment, si aucune chirurgie n’est nécessaire, il va s’en dire que le détartrage se fera tout seul.

Une fois celui-ci réalisé, entretenez la bouche de votre compagnon comme expliqué plus haut.


7°) Le vieillissement cutané :
Avec le temps, la peau de votre compagnon peut subir de nombreux changements.
Un brossage hebdomadaire ainsi qu’un examen méticuleux de son corps peut vous permettre de détecter au plus tôt des problèmes de peau.
Lorsque votre compagnon vieillit, il peut développer des verrues ou de petites tumeurs. C’est pour cette raison qu’il est important de régulièrement inspecter sa peau.
Si vous constatez une anomalie, parlez-en vite à votre vétérinaire.

La peau de votre compagnon devient également plus fragile. Lorsque vous lavez votre chien, utilisez un shampoing doux adapté pour éviter des dermatites, séborrhées ou pellicules.

Pris en cures renouvelables, des compléments alimentaires spécifiques peuvent être d’une grande utilité pour lutter contre les problèmes de peau et entretenir le pelage.
Demandez conseil à votre vétérinaire.

8°) Les problèmes de digestion :
En vieillissant, le système digestif de votre compagnon devient moins efficace.
Il a des difficultés à mâcher les aliments, son estomac digère moins bien les protéines, les intestins absorbent moins bien les nutriments, le foie et le pancréas fonctionnent moins bien …
C’est pour ces raisons qu’il est important de choisir une alimentation adaptée à l’âge de votre compagnon.
A partir de l’âge de 7 ans, préférez une alimentation de type "sénior". Cette alimentation sera plus appétente, plus digeste, plus riche en fibres, plus équilibrée, contiendra les vitamines et minéraux nécessaires.
De plus, certaines alimentations ont des visées thérapeutiques et peuvent être utiles contre l’arthrose, le vieillissement cérébral, les maladies de peau, les maladies cardiaques et autres.
Demandez conseil à votre vétérinaire. Il vous orientera vers l’alimentation la plus adaptée à votre compagnon.

Notez cet article :
  • Article Actuellement 2.89/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

 Note : 2.9/5 (133 votes enregistrés)

Catégories

Menu

Publicité

Derniers articles

Partenaires